Review (VO) : Court of Stone (L5R)

Il fut un jour où un quarantenaire en quête de connaissance s’aventura dans la cour d’un imposant shiro pour s’y reposer à l’ombre salvatrice en cette période caniculaire. Adossé à la pierre froide, il se laissa aller à la rêverie. Dans ses songes il entendit les murs lui raconter des histoires, les milles défaites et victoire de ceux qui usent du papier plutôt que l’acier et qui dessinent l’avenir de l’Empire. A son réveil, le Quarantenaire décida d’en faire un ouvrage qu’il publia alors sur le mur immortel de ses pérégrinations et il y mit des images pour les moins lettrés de ses suivants ! Ainsi vint la chronique de « Court of stones » le dernier complément V.O sorti  de la gamme L5R 5ème édition !

Le Clan du Cerf en plein action ! Toute en grâce dans les éléments déchaînés sans avoir les moyens de se payer des sandalettes !

« Personne ne vous mariera mon doux prince, cette biche est hors de votre portée »

Court of stone est bavard et nous parle de plein de choses autours de la cour et de ses artisans. Son chapitre, enfin celui que j’ai lu en premier, nous propose un nouveau clan mineur orienté intrigue, celui du Cerf. Alors déjà, et là seul les vrais le savent, le Cerf et moi on a un passif et ce n’est pas cet itération du cerf qui va me réconcilier avec la ramure (En vrai j’aime beaucoup le cerf et je l’ai même porté en blason caché mais j’aime bien faire mon intéressant.)

La famille Shika est une vieille famille rokuganaise ,vivant dans une forêt d’esprits éveillés, connue pour ses talents divinatoire quant aux mariages heureux et sa relative neutralité dans les conflits de Rokugan. On peut les trouver un peu partout dans l’Empire à répondre à l’appel des puissants pour les conseiller et servir de messagers occasionnels. Dernière excentricité, s’ils ne jurent que par les beaux mariages arrangés pour le reste de l’Empire, ils ne pratiquent que des mariages d’amour lorsqu’il s’agit de l’un des leurs. On raconte que cette étrange tradition honore les deux fondateurs de la lignée.

Si je devais m’arrêter à ce pitch, sincèrement la famille et son rôle me conviennent. Un clan mineur, par excellence, ce n’est pas un clan de premier plan. Il ne parait pas improbable qu’un clan majeur fasse appel à leurs services quand il s’agit de négocier une union en dehors de ses familles et lorsqu’il ne veut pas impliquer une des familles impériales. Je n’en ferais une campagne sur le sujet mais j’apprécierais arrêter mes pjs à Shiro Shika le temps d’un scénario.

Seulement les designers de la famille ont voulu en faire plus que ça et c’est là que  je me suis un peu étranglé. Je suppose que l’objectif c’était de donner des secrets et du relief pour intriguer le joueur mais j’ai trouvé ça maladroit. Attention je spoile !

Début du spoiler :

Alors la famille Shika croit dans l’équilibre. Jusque-là pourquoi pas dirais-je. Un équilibre qui entend que les forces en présence dans l’Empire (Sauf Fu Leng faut pas déconner) se nourrissent des autres et qu’elles sont auto nécessaire pour prospérer. Et c’est là le vrai devoir du Shika ! Il utilise donc ses marieurs, ses shinobis afin d’affaiblir les forts dominants pour permettre aux faibles d’évoluer et ensuite ils inversent les persécutés.

Bon déjà c’est un peu le rôle des familles impériales que d’empêcher un clan de dominer les autres dans la peur qu’il puisse se substituer à l’Empereur. Mais ensuite c’est d’un clan mineur dont on parle. Un clan mineur qui manipule dans l’ombre et qu’aucun autre clan majeur n’a jamais pris la main dans le sac (Et par autre clan je vois le Scorpion… Les gars c’est des maîtres du shinobi mais là ils ont pas vu) et sans qu’aucun autre clan majeur ne s’effarouche qu’ils deviennent « Ze marieurs » (Vous la voyez la Doji qui en fait son devoir de tisser des mariages et qui se trouve déclassée par un Shika des campagnes ?) et comble de l’ensemble, ils affirment être neutre et  tout le monde l’avale celle-là (Vous le voyez mon Hida… Non en fait le Hida il s’en fout :p ).

Trop gros, trop grandiloquent, trop too much. Pour un clan mineur c’est de lui donner une importance qu’il est difficile à concevoir et qui me donne le sentiment qu’on a voulu en faire des tonnes pour justifier un clan mineur dans les pages du complément. Dommage parce que le reste de la description du clan était bien installé dans Rokugan.

Fin du spoil

Les Shiro sont construit sur des lieux stratégiques. Ici, apparemment, on aimait beaucoup les lucioles !

« Les murs se doivent d’être épais Daimyo. Dehors chaque matin des Matsu s’entrainent et je vous assure que vous ne voulez pas les entendre »

La partie suivante est sur les Kyuden et les Shiro (Les places fortes rokuganaises). Très agréable lecture, pas mal d’informations que je connaissais déjà mais qui aideront les novices. La vie dans ces demeures est assez bien décrit pour se faire une idée du quotidien des samurais. Autre intéressant passage sur la fondation d’un Shiro, les raisons de son élévation éventuelle au titre de Kyuden, c’est court clair et concis.

Ensuite le livre nous dévoile plusieurs endroits célèbres. Ces endroits sont bien campés (Kyuden Hida et son Crâne immense au-dessus de la porte, Kyuden Kitsuki et ses scènes du crime pour apprenti détectives..Du bonheur) et offrent des descriptions hautes en couleur au Mj lorsque ses joueurs se promènent.

Enfin parce qu’à parler des pierres, il est important de parler de ceux qui l’habillent, le chapitre nous parle de la vie de courtisan et de leurs quotidiens. Un brin court selon moi mais c’est peut-être parce que je ne suis pas novice en la matière et une belle emphase sur la Cour d’Hiver, l’évènement mondain par excellence.

Kyuden Doji, la ville au plus haut de suicide ou presque chez les jeunes samurais de Rokugan !

« Aucun cygne ne viendra au royaume des grues »

Bon arrêtons-nous un instant. Si chaque complément (Et oublions le premier qui était malingre) nous tape un chapitre sur un des clans majeur comme celui-ci et les Crabe dans le complément Shadowland, je serais aux anges.

Sincèrement la partie sur les Grue est un sans-faute. Chaque famille a droit à son propre chapitre avec une volonté de ne laisser aucune famille en reste même la famille Asahina qui jusqu’à présent m’était relativement transparente. Non pas que j’en sois devenu fan pour autant mais je pourrai mieux à l’avenir les implanter dans mes campagnes. Mention aussi aux carte façon estampe japonaise qui sont un plaisir à regarder et pourquoi pas à confier aux joueurs. Mais surtout le clan de la Grue prend son envol dans son excellence et de l’enfer de leur quête de perfection. Attention la suite c’est un ressenti personnel et non une vérité pure.

J’avais déjà de l’affection pour eux mais de connard condescendant armé d’une batterie de duelliste d’exception, le complément me les a dénudé pour continuer à en faire des connards tout ça mais forgé par une enfance tout sauf heureuse. Etre né grue c’est devoir être le meilleur et de ne pas pouvoir songer à échouer. Pour moi c’est ce qui m’a tacler dans les jambe à ma lecture. Non pas que ce soit une surprise mais la mise en avant entre les lignes m’a bien plus marqué que mes précédentes lectures sur sujet.

Excellent chapitre donc, pour moi, vous vous en doutez !

Un shinobi bi classé Porteur de chapeau et Confident de son suzerain !

« Et là si je lis bien ta fiche tu es Bourreau Karo à vocation légionnaire de jade.. T’as pas l’impression d’en faire trop avec ton perso ? »

 

Viendra ensuite son florilège de règles avec ses nouveaux atouts et handicaps et surtout… malheureusement.. surtout sa flopée de nouveaux titres pour justifier l’acquisition de pouvoirs et de compétences à des archétypes de clan un brin rigide. Je sens que les titres ça va être le fléau de ma petite personne avec un récap long comme mon bras qu’il faudra garder sur le côté pour que le joueur puisse choisir. L’idée de base de la customisation des persos et de pouvoir acquérir des talents hors archétype quand on devenait Magistrat d’émeraude, pourquoi pas, mais rajoutez à chaque complément de nouveaux titres comme « Homme de main du Daymio » ca me parait un brin poussif surtout sachant qu’on en est au troisième bouquin et qu’ils continuent d’en rajouter à chaque ouvrage.  Je me garde donc un droit de réserve quant à mon appréciation de cette partie du jeu

Pendant ce temps là à Otasan Uchi, on discute de ma review !

« Et là il sort un éventail avec un cochon au soleil levant… Au soleil levant… Ça ne se fait plus depuis le dernier palais d’hiver et encore à Shiro Matsu.. Une faute de goût épouvantable »

Deuxième complément de la gamme qui me plait, et sur trois c’est plutôt cool ! Alors oui il m’a moins plu que le précédent, la faute au Cerf qui ne m’a pas entièrement convaincu et à mon amour immodéré pour les Crabes mais il se classe dans ces compléments qui n’ont pas à rougir et dont, surtout, je pourrais utiliser le contenu dans mes parties !

Allez je vous laisse, j’ai une partie de petits chevaux à finir avant d’assister à un petit spectacle de marionnettes qui parait il n’est pas piqué des criquets !

Partage sur tes réseaux !

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on pinterest
Pinterest
Share on tumblr
Tumblr
Share on whatsapp
WhatsApp
Share on email
Email

Vous aimerez peut-être...

STREAM EN COURS
PAS DE STREAM EN CE MOMENT