Review (VF) : La Cité des Mensonges (2/2) (L5R)

« Magistrat ! Magistrat ! La Gouverneur vous demande ! Il y a un ogre dans la forêt qui fait peur aux paysans et mange les moutons ou l’inverse ! Elle dit que c’est dans votre charte » Doji Aramatsu déglutit à ces mots. Il n’y connaissait rien en ogres excepté que c’était pour les Crabes et que c’est relativement mortel. Il était tout aussi certain que ces monstres n’y connaissaient rien iajitsu ou dans un bon duel de poésie… Sa dernière pensée fut de savoir s’il prendrait de l’opium avant le combat pour se donner du courage ou après quand il serait aux portes de la mort.

Reprenons donc notre review pour profiter de la ville elle-même.

 La campagne propose aux joueurs, un guide de la ville. Guide totalement sans spoiler qui raconte la Ville et ses principaux protagonistes. Ce n’est pas nouveau, j’en conviens, mais le guide est agrémenté de notes tirées d’un ouvrage « La mangeuse d’opium », ouvrage narrant la déchéance d’une samurai ko qui s’est brûlées les ailes à Ryoko Owari. Ouvrage interdit car la rumeur murmure qu’il serait biographique. Ce petit plus fait la différence pour moi. Les passages du livre donne un autre ton aux descriptions et comme tout est roleplay, c’est même un devoir du personnage (et du joueur) d’aller les lire pour tenter d’en retirer des précieuses informations.

Le contenu lui-même tient les promesses que l’on pourrait attendre de Ryoko Owari. Deux clans qui se haïssent avec leurs dynasties de protagonistes dont vous allez devoir choisir avec soin lesquels vous allez favoriser et lesquels vous allez devoir subir.

Des endroits attendus mais surprenant comme le quartier des plaisirs qui à Ryoko Owari est une ile dans la ville où l’on vient en bateau pour se détendre. Mais où même là, il faut choisir son lieu de débauche intelligemment car tout est politique. Plutôt salon de thé hors de prix, bouge propret ou encore pire un bar à gaijin.

Des traditions qui sont diégétiques et non pas des rajouts pour maladroitement tenter de donner une profondeur à une ville. Venez participez à la Cérémonie de la Lune pour admirer le souffle d’un Kami bénir la ville, venez-vous divertir durant les festivités du Crabe où la ville célèbre les envahisseurs qui ont fini par payer pour se débarrasser d’eux.

Ryoko Owari est vivante à travers les lignes de l’histoire, un cadre concret qui n’a pas pris trop de ride.

On pourrait croire que ce sont deux ninjas mais pour le même prix c'est juste deux amis qui font la fête !
On pourrait croire que ce sont deux ninjas mais pour le même prix c'est juste deux amis qui font la fête !

« Ce qui est étrange n’est pas que je ne n’inquiète plus depuis longtemps des incendies dans cette ville mais que je sois capable à l’odeur de reconnaître un entrepôt d’opium en train de brûler » Akodo Asemu

Revenons maintenant à la campagne, elle-même. Je ne peux pas vous spoiler sans que ce serait dommage mais sachez seulement cela. Ryoko Owari n’est pas une histoire unique mais une myriade d’histoires qui forment une année (C’est la durée de la campagne idéale) pendant lequel va tenter de faire respecter les décisions de l’Empereur. Des événements auront lieu qu’importe vos talents, d’autres pourront être évités si vous agissez subtilement mais il sera impossible de rester neutre sans en mourir.

Ryoko Owari ne se passera donc jamais de la même façon selon les joueurs devant vous car s’ils auront des chapitres en commun d’autres auront dépendu de leurs choix et fermeront l’accès à d’autres.  Vous ne pourrez prétendre avoir eu toute l’histoire que lorsque votre mj vous donnera accès à son livre à lui et où tout y sera marqué noir sur blanc. C’est grisant non de se dire qu’on écrit sa propre histoire et non pas la même que les autres ?

 

Et cerise sur le gâteau d l’intrigue, l’excellent site de la « Voix de Rokugan » vous propose des aides de jeu pour améliorer la campagne. Sincèrement le boulot est impressionnant, comme toujours, et donne encore plus de corps à l’histoire.

Sans doute ce qu'on peut trouver plus honnête dans cette ville. Un type sans mon avec un masque et un instrument de musique... Au pire quoi ? Il vous assassine avec les cordes et vous ne sentirez même pas la douleur !
« Porter un masque n’est pas un délit dans cette ville sauf de nuit, un couteau dans les poches alors que vous êtes sur un toit. Remarquez que je dis ça mais même là il y aura encore quelqu’un pour invoquer l’ivresse sur voie publique et l’appel à la clémence de la Gouverneur » Otomo Seizu
 
En bref cette campagne à mon cœur et pour longtemps. Elle intègre les campagnes dont je suis fier d’être le propriétaire et dont j’attends avec impatience qu’un jour, un successeur puisse se montrer à la hauteur !

Partage sur tes réseaux !

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on pinterest
Pinterest
Share on tumblr
Tumblr
Share on whatsapp
WhatsApp
Share on email
Email

Vous aimerez peut-être...

STREAM EN COURS
PAS DE STREAM EN CE MOMENT