Faut-il déboulonner Wizards of the Coast ?

Le 17 juin dernier, Wizards of the Coast (WotC), l’éditeur de Donjons & Dragons, prenait la parole en réponse au mouvement Black Lives Matter (BLM), et cette parole a fait couler beaucoup d’encre sous les ponts d’Eauprofonde et d’ailleurs. Pour avoir été exposé aux virulentes réactions à propos du communiqué avant d’avoir lu le texte d’origine (que vous pouvez trouver ici), j’avoue que je m’attendais à une apocalypse de changements – genre que j’allais plus reconnaître le jeu.

La grogne rôliste est-elle vraiment fondée ? Faut-il penser à prendre le maquis et combattre la censure du « On ne peut plus rien dire (sauf à ma table des années 80) » ? Faisons le tour !

"Et moi je te dis que quand je partais dans l'aventure dans les années 70', les pattes d'eph c'était tout à fait legit !"

Alors j’ai pas traduit mot par mot, mais je tente de résumer sommairement le paragraphe avant de donner mon avis.

« Wizard décide de poursuivre sur sa lancée (Ils avaient déjà commencé via Eberron: Rising from the Last War et Explorer’s Guide to Wildemount) et de rendre les orcs et les drows aussi moralement et culturellement complexes que les humains. Dans un second temps, l’objectif est d’étendre cette approche à tous les peuples de D&D. »

Alors peut être que je me trompe, mais ils proposent aux MJ et aux joueurs/joueuses des interactions plus nuancées et de nouvelles pistes de jeu avec des races. Je dis pas qu’il faut rendre ces bons drow gentils pour autant, mais un monde moins manichéen, c’est quand même plus de roleplay en perspective. Pour la petite anecdote, il y a de cela pas si longtemps sortait Shadowrun où les orcs n’étaient pas plus criminels que des elfes, des nains ou des humains. Ce qui définissait la moralité de l’individu, c’était son milieu social, ses revenus, son éducation et ses propres choix. A l’époque, personne n’avait crié au scandale, voire, des gens trouvèrent l’idée, certes avant-gardiste, mais intéressante. Comme quoi, l’idée reprise par WotC n’est pas spécialement inédite. Les limites des univers qu’ils décrivent sont plus ou moins connues depuis longtemps, et il était temps que l’idée fasse son chemin.

« Profitant des réimpressions de livres, WTC modifiera des textes racistes parus dans Tomb of Annihilation et Curse of Strahd. Même chose que précédemment, l’objectif est de revoir les différents autres ouvrages et de rester à l’aguet pour les futurs livres. »

«Curse of Strahd inclut un peuple connu sous le nom de Vistani et met en vedette l’héroïne vistani Ezmerelda. Malheureusement, leur représentation fait écho à certains stéréotypes associés aux Roms dans le monde réel. Pour rectifier cela, nous avons non seulement apporté des modifications à Curse of Strahd, mais dans deux livres à venir, nous montrerons également – en collaboration avec un consultant Rom – les Vistani d‘une manière qui ne repose pas sur des stéréotypes réducteurs. »

N’ayant pas lu Tomb of Annihilation (d’ailleurs, il paraît qu’il n’est pas terrible), je vais juste parler de La Malédiction de Stradh, que je suis actuellement en train de mener. Alors oui, le peuple Vistani (plus qu’inspiré des Roms) est sacrément caricatural et je peux comprendre que ça puisse ne pas plaire aux concerné-es. En soit, ces clichés ne m’avaient pas dérangés à la première lecture, mais n’étant pas Rom, je ne suis pas bon juge. Dans la nouvelle mouture, on ne retirera pas les Vistani, on proposera juste de les nuancer et d’en faire autre chose qu’une caricature.

« Plus tard cette année, un livre sera publié permettant aux joueurs de personnaliser l’origine de son personnage ainsi que les bonus dit « raciaux ». Cette option souligne que chaque personne dans le jeu est un individu avec des capacités qui lui sont propres et non un stéréotype dû à une race. »

Vous voulez dire que, dorénavant, un joueur ou une joueuse ne prendra plus une race principalement pour ses bonus mais parce qu’iel aimerait interpréter telle ou telle race ? Bah sincèrement, je vois même pas l’ombre d’un souci.

Après, faudra voir concrètement ce que ca va donner pour les bonus raciaux autres que liés aux caracs (je pense par exemple à la vision dans le noir, ou aux peuples de petites tailles etc…), mais l’idée qu’on dissocie gameplay et race de personnage est une bonne chose. Perso, j’ai trop entendu de “Je vais jouer comme ça je manierai deux sabres et j’aurais des bonus de fou” pour ne pas remercier Wotc de la démarche. Si on peut avoir moins de Halfelins voleurs et d’Orcs barbares, et – soyons fous ! – plus de Halfelins paladins et Orcs bardes, ça ne peut qu’enrichir le panel de personnages qu’on verra à table.

Après, on s’entend que TOUSTES les joueurs/joueuses ne conçoivent pas leur personnage en tentant de maximiser classe/race/autres options… mais beaucoup le font. Et ce qui fait la beauté de Donjon, c’est aussi sa mécanique bien huilée. Moi, je veux garder une mécanique bien huilée, des combats équilibrés, et des personnages tous aussi bien construits les uns que les autres… avec plus de possibilité de roleplay. Je dirais donc que l’idée de WotC va dans le bon sens.

Voilà en gros ce que dit le communiqué.

"J'ai rien contre le fait d'avoir du libre arbitre mais c'est pas ça qui va payer les factures !"

Je pense sincèrement que ces changements n’auraient pas causé autant de drama s’ils n’avaient pas été faits dans le contexte actuel. Je pense qu’on vit dans une étrange époque où des améliorations sociales sont perçues par certains comme des atteintes à leurs libertés.

Rien dans ces changements n’interdit de jouer selon les règles actuelles ou à l’ancienne, c’est juste que la société évolue et que le jeu suit le même chemin. D’ailleurs, de manière plus générale, D&D modernise son propos depuis déjà quelques temps, et pas uniquement en matière de racisme. Cette modernisation n’a pas été provoquée par le mouvement BLM (même s’il contribue largement à son accélération en ce moment), elle courait déjà depuis quelques temps dans la société en général et dans le milieu du jdr en particulier. Des personnages de tous sexes, de toutes orientations sexuelles ont été mis en avant dans plusieurs suppléments. Certes c’est parfois un peu maladroit ou trop appuyé, mais où est le mal ?

Et pour ceux qui viendront dire « Avant, on ne se posait pas toutes ces questions, on était là que pour s’amuser » (non parce que ça aussi je l’ai lu), c’est parce que le postulat de base du jdr était blanc et hétérocentré. Maintenant, il l’est moins et ça n’empêche pas de s’amuser. En aucun cas le jeu ne vous oblige à jouer à quoi que ce soit que vous ne voudriez pas jouer. Il ouvre juste plus de possibilités de jeu, et propose des représentations plus variées, à l’image de la société plus inclusive que l’on aimerait atteindre dans la vraie vie.

Voilà pour mon opinion sur ce changement : il ne fait que refléter l’évolution timide de la société (timide parce qu’on est encore loin d’avoir tout résolu). Tout cela ne méritait pas cette colère un peu beaucoup disproportionnée.

"C'est pas un comité qui va nous dire ce qu'on peut manger ou non... Le cerveau cru c'est avant tout une tradition bien de chez nous avant d'être un choix d'alignement
Et pour finir (en beauté), je vous laisse sur une dernière réflexion : « Le jeu de rôle, c’est un loisir neutre » (comprendre : “apolitique”).
 
Le jdr n’est pas “apolitique”, il n’est pas neutre. Tout simplement parce que toute œuvre, aussi banale puisse-t-elle vous paraître, est la résultante d’une plume d’auteur/d’autrice, de réflexions d’un testeur/testeuse et de l’interprétation qu’en fera votre MJ. Toute oeuvre est de reflet de son temps. Ca fait autant d’interlocuteurs qui créent, nourris de leur éducation, de leurs opinions, de leurs expériences. La neutralité est une illusion, on est le produit de tout cela. Et en fait, affirmer que vous êtes là juste pour vous amuser, et pas pour réfléchir, c’est déjà prendre position aussi.
 
Même si je dis pas que chaque partie est un pamphlet à la gloire de l’idéologie de quelqu’un, je pense quand même qu’il y a des reliquats d’idées, de biais, de préjugés, dans notre culture dont on n’est pas forcément conscient, et qui ne disparaîtront pas toutes seules. Changer notre façon de jouer, ce n’est pas tuer le jdr.
 
Je ne maîtrise pas spécialement pour militer, mais j’ai conscience que depuis quelques temps, et de plus en plus, j’interroge ma façon de jouer, les univers dans lesquels je joue, et que cette réflexion ne peut mener qu’à, je l’espère, un mieux. Ne pas prendre parole, laisser faire, se contenter du statu quo, c’est – implicitement – valider les injustices. Du coup, j’estime qu’il est de ma responsabilité de m’exprimer.

Et si vous me trouvez prise de tête, on peut passer en MP et je vous expliquerai comment j’ai récemment réalisé que le principe même du héros, qui se distingue de tout le commun des mortels, peut être assimilé à un mythe de droite \o/ (Là je trolle et je ne remercie pas Twitter mais sous un certain prisme, c’est cohérent, sachez-le.)

La Team de la Table du Quarantenaire !

Partage sur tes réseaux !

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on pinterest
Pinterest
Share on tumblr
Tumblr
Share on whatsapp
WhatsApp
Share on email
Email

Vous aimerez peut-être...

STREAM EN COURS
PAS DE STREAM EN CE MOMENT